Cantonales 2011 dans les Hauts-de-Seine : le MoDem 92 planche sur le logement

Le MoDem 92 propose à ses militants une série de rencontres thématiques chaque mardi, afin de préparer les élections cantonales de mars 2011 dans les Hauts-de-Seine. Le 23 novembre, les équipes départementales ont planché sur le logement, un sujet si lourd de difficultés pour nos concitoyens.

La soirée s’est appuyée sur les interventions de deux membres de la Commission Nationale Logement du MoDem, Pierre Marodon de Boulogne-Billancourt et Nicole Le Meur de Vanves.
Pour rappel, cette Commission Nationale a notamment contribué à l’élaboration des propositions du Livre Orange du Modem, notre projet humaniste présenté au congrès d’Arras, que vous pouvez retrouver sur le site national du Mouvement Démocrate.

Pierre Marodon a commencé par positionner le sujet de façon globale : un enjeu national, dans un contexte réglementaire et politique très complexe.
– Crise, qui se traduit concrètement par des hausses, en 10 ans, de plus de 140% pour les prix de vente et de  plus de 45% pour les loyers,
– Les premières vraies raisons en étant un déficit de construction grave pendant 15 ans, pendant que la structure familiale éclatait.

Nicole Le Meur a ensuite poursuivi avec un focus sur les Hauts-de-Seine, en pointant une situation très contrastée dans ce département le plus riche de France, avec notamment :
– un taux SRU en termes de logements sociaux de 25.6 % pour le département, mais masquant des réalités très disparates (de 3,2% à Neuilly à 65% à Gennevilliers),
– 41% de propriétaires, pour un taux national de 54 %,
– une demande DALO (Droit Au Logement Opposable), qui explose,
– une situation devenue très difficile ces dernières années pour la grande majorité de la population, les plus défavorisés bien sur, mais aussi les classes moyennes, les jeunes et les moins jeunes.

Nous nous sommes penchés sur les actions du Conseil Général en la matière : celles-ci sont notamment marquées par la politique de Nicolas Sarkosy «  tous propriétaires », politique qui nous semble irréaliste face aux prix de vente et qui n’est pas sans poser des problèmes collatéraux.

Nous avons alors débattu et commencé à travailler à la recherche de solutions.
Nous allons poursuivre ce travail essentiel pour nos concitoyens. Le sujet n’est pas simple et il ne s’agit pas de faire rêver les gens, mais il est urgent de le prendre à bras le corps.

Et, nous savons déjà, comme nous l’avons expliqué dans le Livre Orange, qu’au slogan « tous propriétaires », nous préférons  l’objectif d’« un logement pour tous adapté et aux normes en vigueur».

(photo : Nicole Le Meur et Pierre Marodon)

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire