François Bayrou était l’invité du JT de 20 heures sur TF1

Petit compte-rendu de l’interview rédigé par la section d’Asnières :

François Bayrou a d’abord condamné les propos de Claude Guéant sur les civilisations et la réplique du député Serge Letchimy (app-PS) évoquant le nazisme, regrettant que PS et UMP perdent « un temps précieux » avec ce débat au lieu de s’occuper des problèmes de la France.

« Je condamne les uns et les autres », a-t-il lancé sur le plateau du 20h, alors que Laurence Ferrari l’interrogeait sur les propos de Claude Guéant et Serge Letchimy. « Cela fait des jours et des jours que l’on assiste à une escalade qui est indécente. Les propos que M. Guéant a eus sont extrêmement choquants parce que, quand on appelle à la hiérarchie des civilisations, on appelle en fait à une guerre des civilisations », a-t-il fait valoir.

« Et l’on voit bien comment ces propos sont ressentis par tous ceux qui ont eu à souffrir », a dit François Bayrou, en évoquant le Moyen et Proche-Orient et certains de « nos concitoyens français ». « Pour répondre à cela, outrage contre outrage, évoquer régime nazi et camps de concentration, c’est purement et simplement inacceptable », a-t-il également dénoncé. Pour François Bayrou, « il y a dans cette escalade quelque chose de profondément troublant et mauvais pour la France ».

« Alors que le bateau coule, les membres d’équipage PS et UMP se battent les uns contre les autres »

« Je pense que le PS est ravi qu’il y ait une provocation et que l’UMP aussi parce que leur espoir c’est qu’on puisse ainsi s’enfermer dans le débat des deux camps. Eh bien, ce débat nous fait perdre un temps précieux », a-t-il lancé.

Evoquant les mauvais chiffres du commerce extérieur (70 milliards de déficit en 2011), le leader centriste a qualifié de « naufrageurs » ceux qui, parmi l’équipage, se battent « les uns contre les autres en s’insultant » pendant que « le bateau coule ». « Il y a un moment où il est important de dire qu’il y en France un peuple républicain qui a besoin que l’on tourne la page sur ces attitudes indécentes. Alors je dis: « les naufrageurs dehors ».

« Il ne peut pas y avoir de candidat officiel de l’Allemagne dans l’élection présidentielle française »

Le candidat centriste François Bayrou a jugé mardi « gênant » le soutien apporté par la chancelière Angela Merkel au président Nicolas Sarkozy et expliqué qu’il ne pouvait « y avoir un candidat officiel de l’Allemagne dans l’élection présidentielle française ». « J’ai trouvé qu’il y avait dans cette émission quelque chose de gênant. Et, quand on réfléchit de près, on voit très bien d’où vient cette gêne », a expliqué le député des Pyrénées-Atlantiques à propos du soutien apporté par Mme Merkel à Nicolas Sarkozy.

« Que Mme Merkel s’exprime en tant que chef de parti de la droite allemande, elle a le droit de le faire. Mais qu’elle vienne à l’Elysée en tant que chancelière, chef du gouvernement allemand et qu’elle adoube M. Sarkozy, il y a là quelque chose de déplacé parce qu’il ne peut pas y avoir de candidat officiel de l’Allemagne dans l’élection présidentielle française », a dénoncé François Bayrou. « Et Nicolas Sarkozy ne devrait pas se prêter à une telle mise en scène », a-t-il ajouté.

Interrogé sur la date de la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy, le leader centriste a expliqué que le président n’avait « pas besoin de se déclarer » puisqu’il était déjà « candidat ». « On l’a bien vu hier soir (lundi soir, ndlr), ce qui fait qu’il y a une mascarade. Et tout cela se fait avec l’argent de l’Etat et ses interventions sur toutes les chaînes de télévision provoquent un déséquilibre extrêmement fort » entre les candidats, a-t-il dit. « On essaye de nous enfermer dans un deuxième tour écrit à l’avance et bien les Français le refuseront », a-t-il conclu.II –

Retrouvez l’interview en replay sur le site de la chaine.

 

.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire